Au fil des saisons : première récolte d'herbe

28.05.2013 -

En mai, les vaches laitières profitent pleinement de l'herbe abondante pour donner un lait très fromageable et plein de goût, source de qualité pour les fromages AOP. Il est encore tôt pour faucher l'herbe et en faire du foin, en prévision de l'hiver. Mais les éleveurs ont la possibilité de récolter l'herbe et de la conserver grâce à une autre méthode : l'ensilage. Ce qui leur permet de profiter de l'herbe grasse du printemps, riche en énergie et en azote.

Contrairement au foin, fourrage très sec, l'ensilage d'herbe contient encore 60% d'eau ou plus. Pour éviter sa dégradation, deux modes de conservation entrent en jeu :

  • l'anaérobiose, ou absence d'oxygène, comme les produits emballés sous vide,
  • l'acidité, comme les conserves au vinaigre ou la choucroute.

Plusieurs éléments entrent en compte dans le choix de l'éleveur de faucher une prairie pour l'ensiler : le type d'aliment qu'il recherche pour nourrir ses vaches, les stocks d'herbe dont il dispose au sec, en silo et "sur pied", les possibilités de stockage supplémentaires, les conditions météorologiques qui influencent la quantité d'herbe qui pousse et sa qualité,... La date de récolte est toujours un compromis :

  • la quantité d'herbe de la parcelle, donc le rendement, augmente au fur et à mesure que l'herbe pousse
  • la qualité du futur fourrage diminue au fur et à mesure du développement des plantes qui constituent la prairie : aux feuilles s'ajoutent des tiges plus ligneuses, qui forment des épis, qui fleurissent. A ce dernier stade, la valeur énergétique et azotée du fourrage est devenue faible pour nourrir correctement les animaux. Pour compliquer le tout, la prairie est constituée de nombreuses espèces de plantes, dont le développement est plus ou moins rapide, donc toutes ne sont pas au même stade de développement au même moment.

Quand l'éleveur juge qu'il est temps de récolter, le chantier d'ensilage peut commencer. D'abord, l'éleveur va faucher l'herbe de la parcelle et la laisser sécher au sol : c'est le ressuyage. Un à trois jours plus tard, l'herbe coupée est ramassée et hachée, puis amenée jusqu'à l'emplacement du futur silo, généralement proche des bâtiements d'élevage. Pour mettre le fourrage à l'abri de l'air, le silo doit être réalisé rapidement, bien tassé et fermé hermétiquement avec des bâches en plastique, fixées par des poids (souvent de vieux pneus réutilisés). L'acidification va alors commencer : les microorganismes fermentent l'herbe pour transformer le sucre en acide lactique... la même fermentation est également utilisée en fromagerie, pour faire cailler le lait !

l'herbe est récoltée... le silo est tassé ...puis fermé hermétiquement

Crédits photographiques : Ferme de la Croix Blanche

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez tous les mois de nouvelles recettes et les dernières actualités des Fromages AOP de Normandie

Besoins d’informations ?

Vous avez des questions sur un fromage. Vous souhaitez des renseignements sur unr producteur ?

Contactez-nous
Association des AOP - Livarot, Pont-l'Évêque, Camembert de Normandie Syndicat de Fromages - Neufchâtel AOC
Région Normandie Union Européenne Irqua Normandie Appelation d'origine protégée