Une belle fête de l'Oignon de Roscoff

28.08.2013 - Divers

Le Pont-l'evêque, le Livarot et le Camembert de Normandie ont débarqué sur les quais de Roscoff, aux côtés d'une AOC insolite : l'Oignon de Roscoff. Les producteurs proposaient oignons en vrac et en tresses, mais aussi en tartes, en confit, en soupe... ! L'occasion de tester un accord avec le Camembert de Normandie. Les fromages normands ont rencontré un grand succès auprès des finistériens comme des touristes, et n'ont pas pu fournir tous les gourmets !

   
Quelques averses n'ont pas découragé les visiteurs... foule sur les quais et au village des Johnnies !
   
Le stand du Pont-l'Evêque, Livarot, Camembert de Normandie Le char qui a défilé avec les confréries et les Johnnies
   
Les chefs d'Aux Goûts du Jour testent un nouveau mariage... Brioche perdue au Camembert de Normandie, Oignon de Roscoff et Piment d'Espelette !

Un grand merci à l'équipe de la mairie de Roscoff, qui s'engage avec passion aux côtés des producteurs !

L'Oignon de Roscoff

Au XVIIème siècle, les légumes étaient cultivés dans les jardins potagers et servaient au ravitaillement des marins. Les oignons constituaient un aliment essentiel pour eux, car ils permettaient de prémunir contre le scorbut, du fait de leur richesse en vitamine C.

L’histoire retient qu’en 1828, Henri Ollivier, un jeune paysan de Roscoff, tenta l’aventure d’aller vendre ses oignons en Angleterre : il en revint les cales vides et les poches bien remplies… C’est ainsi que débuta le phénomène ''Johnny'', du surnom donné par les britanniques aux paysans de Roscoff et de sa région (petit Jean). D'abord nombreux à arpenter les routes à pied et à vélo pour vendre les oignons au porte à porte des Anglais, les Johnnies ont peu à peu disparu après la crise économique des années 30 et la deuxième guerre mondiale. De 1400 dans les années 20, ils ne sont plus qu'une quinzaine...

L’Oignon de Roscoff se reconnaît facilement des autres oignons par sa couleur rosée en interne et en externe, et la queue des bulbes qui mesure au minimum 5 cm (meilleure conservation). Cru, son odeur est fruitée, son goût sucré et peu piquant, sa texture croquante et très juteuse. Cuit, il développe son goût sucré et fruité, la texture devient fondante. Il met moins de temps à cuire que les autres oignons.

Après l'obtention de l'AOC au niveau français, les producteurs attendent avec impatience la reconnaissance en AOP au niveau européen qui devrait suivre.

Source : Syndicat de Défense de l'Oignon de Roscoff

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez tous les mois de nouvelles recettes et les dernières actualités des Fromages AOP de Normandie

Besoins d’informations ?

Vous avez des questions sur un fromage. Vous souhaitez des renseignements sur unr producteur ?

Contactez-nous