Les AOP Laitières de Normandie à l'Armada !

24.06.2013 - Divers

L'Armada 2013 marquera la sixième édition de cette manifestation qui rassemble les plus beaux bateaux du monde sur les quais de Rouen. Au cours de leur promenade sur les quais ou en bateau, les millions de visiteurs pouvaient découvrir les AOP Laitières de Normandie !

Belle poule, cygne sauvage ou faucon... il ne s'agit pas de noms d'oiseaux, mais de ceux de voiliers venus de France, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Russie, Suède mais aussi Brésil, Maroc, Mexique, Norvège, Oman. De la grande pagaille ouverte à tous les Objets Flottants Non Identifiés, à la grande parade, départ des voiliers vers la mer, les visiteurs étaient invités à mettre les voiles de la liberté !

Sur le stand des AOP Laitières de Normandie, l'équipe de Flyin'Chef a préparé de délicieuses et surprenantes recettes, telles que :

Crumble de Livarot aux Châtaignes Velouté de Pont-L'Evêque Chutney de poires au Camembert de Normandie épicé

En même temps se tenait le Concours Natonal de la Race Normande à Neufchâtel en Bray.

Le Neufchâtel est le 4ème fromage normand à bénéficier d'une AOP. On apprécie sa croûte blanche à l’aspect duveteux et sa pâte légèrement salée, onctueuse et au bon goût lacté. Il est moulé en briquette, bonde cylindrique, carré, double-bonde ou en cœur... On raconte que les jeunes fermières offraient ces cœurs aux soldats anglais pour leur manifester leurs sentiments, au cours des conflits entre anglais et normands, durant le Moyen-âge. La transformation fermière s'est perpétuée, avec plus d'une vingtaine de producteurs fermiers aujourd'hui, situés dans la ''Boutonnière du Pays de Bray'' (Seine-Maritime et Oise).

Deux autres produits laitiers normands bénéficient d'une AOP : le Beurre et la Crème d'Isigny, issus des marais du Bessin et du Cotentin, baignés par les embruns iodés de la Manche. Leur succès se joue au XVIIème siècle, lorsque les chefs abandonnent les saveurs lourdement épicées héritées de la cuisine du Moyen-Age, au profit de sauces onctueuses liée à la crème ou au beurre. Le Beurre d’Isigny était déjà depuis des siècles destiné autant au commerce français et à l’exportation, qu’à l’usage des marins.

La crème plus légère remonte naturellement à la surface du lait laissé au repos. L’apparition des premières écrémeuses centrifugeuses au XIXème siècle a permis d'accélérer le processus. Mais la crème ensemencée en ferments lactiques sélectionnés est encore laissée plus de 12 heures à une température de 18 à 22 °C. Cette maturation lui permet d’affirmer ses notes acidulées et sa complexité aromatique, d’affiner sa texture et sa rondeur en bouche, et de s’habiller de sa teinte ivoire. Après barattage, ces arômes se retrouveront dans le beurre d’Isigny, dont la couleur jaune vient de l'herbe (verte!) que les vaches ont pâturé, et dont la texture sait rester ''stable'' à la cuisson.

 

 

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez tous les mois de nouvelles recettes et les dernières actualités des Fromages AOP de Normandie

Besoins d’informations ?

Vous avez des questions sur un fromage. Vous souhaitez des renseignements sur unr producteur ?

Contactez-nous