Au fil des saisons : en complément de l'herbe

27.10.2013 - Divers

En novembre, les vaches rentrent de plus en plus souvent à l'abri, pour ne plus sortir du tout une fois le froid et l'humidité installés, alors que l'herbe ne pousse plus. Mais l'éleveur, prévoyant, leur distribue une bonne quantité d'ensilage d'herbe et de foin (obligatoire dans le cahier des charges des AOP Camembert de Normandie, Pont-l'Evêque et Livarot), ainsi que d'autres plantes qu'il cultive et qui demandent du travail à cette période de l'année : maïs, betterave fourragère, céréales...

Le maïs a l'avantage d'une forte productivité qui sécurise les stocks de fourrage de l'élevage, mais les coûts associés à sa production sont importants. En octobre, en fonction de la météo, l'éleveur récolte le maïs sous forme d'ensilage de plantes entières. Le principe est le même que pour l'herbe, ensilée au printemps : voir ici. On le distribue aux vaches "tranche" par "tranche", en ouvrant le silo à une extrémité, pour éviter de faire entrer de l'air qui provoquerait le pourrissement du silo.

     
L'ensileuse fauche-hache-charge le maïs dans la remorque... ...le maïs est tassé... ...et le silo fermé bien hermétiquement pour s'acidifier en fermentant

La betterave fourragère, cousine de la betterave rouge et de la betterave sucrière, est très productive et très riche en énergie (à tel point qu'il ne faut pas trop en donner aux vaches, qui en raffolent). Elle a été abandonnée dans beaucoup d'élevage car elle demandait beaucoup de travail. La mécanisation, notamment de l'arrachage, en fait une alternative intéressante, bien que sa culture demande une bonne maîtrise technique (préparation du sol pour le semis au printemps, engrais, désherbage, récolte à l'automne sans abîmer les racines, conservation au sec et leur permettant de "respirer"...). Les agriculteurs sont souvent regroupés en CUMA (coopérative d'utilisation de matériel agricole) pour acquérir collectivement le matériel de culture adapté, d'autant plus que la betterave fourragère ne demande pas une grande précision pour le moment de la récolte, ce qui permet de faire circuler le matériel entre plusieurs exploitations. Une fois récoltée - sans ses feuilles - elle est distribuée entière.

 

Les céréales comme le blé et l'orge, aplaties ou broyées pour faciliter leur digestion, sont riches en énergie et, dans une moindre mesure, en protéines. Elles sont moissonnées à l'automne, puis le champ est labouré pour semer les céréales de l'année suivante, parfois une prairie, à moins d'attendre le printemps pour semer maïs ou betteraves. L'agriculteur veille à une certaine rotation entre ses parcelles, pour éviter que la même culture n'épuise le sol et n'attire les mêmes maladies et ravageurs au fil des ans. 

moisson labour
semis passage de herse pour préparer/recouvrir le semis

Crédits photographiques : Ferme de la Croix Blanche, sauf arracheuse : commune de Baromesnil

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez tous les mois de nouvelles recettes et les dernières actualités des Fromages AOP de Normandie

Besoins d’informations ?

Vous avez des questions sur un fromage. Vous souhaitez des renseignements sur unr producteur ?

Contactez-nous